Les pages roses du Larousse par Gaston ligny


poème précédent - poème suivant


Les pages roses. Carpe diem

Carpe Diem, goûte le jour présent !
Carpe Diem, disait le vieil Horace.
Tous les latins, latins de bonne race,
Sont des parents d’il y a deux mille ans.

Les pages roses du Larousse illustré
Sèment à tout vent, elles ont du caractère.
On n’s’y croit pas deux mille ans en arrière
Quand en latin ell’ se mettent à causer.
Manu militari l’ai-je bien dit ?
Est-ce la main qui fait tourner le monde ?
C’est beau de chanter que la terre est ronde
Et c’est beau de mettre des fleurs aux fusils.

Vox populi, est-elle dans les journaux ?
La voix du peuple est-ce des mots en isme ?
Taratata, taratara tatisme,
Deux trois brebis feront-elles un troupeau ?
Moi j’ai pris parti pour la marjolaine
Pour la folle avoin’ la fleur de plantain,
Je tire parti de mon bas de laine,
Je cueille les fleurs du bord des chemins.

Honoris causa, c’est bien pour l’honneur
Qu’on vous l’a donné dame Marquise.
Mais qu’en feriez-vous dessus la banquise ?
C’était la question de Jean de Honfleur.
Car Jean de Honfleur, car Jean de Honfleur
S’en fout des honneurs, s’en fout des honneurs.
Le vent des marins ça se dit la houle
Quand il souffle fort ils tanguent ou ils roulent.

In vino veritas et dans mon verre,
Ce tord boyaux de l’âge de la pierre
Me fera dir’ toute la vérité.
Mais je ne peux mêm’ le boire à moitié.
Offrez-moi plutôt ce ver’ de cervoise,
Que la vérité reste au fond du puits !
Ell’ sent la benzin’ le gas-oil et puis
Que d’autres pavois’, que d’autres pavois’


Gaston ligny

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Le monde