D'une manière ou d'une autre par Gaston ligny


poème précédent - poème suivant


D’une manière ou d’une autre

Ma prunelle sauvage fait cinquante degrés,
Je suis bouilleur de cru , je braconne à la fraîche.
Et le soir je réponds au cri de la chevêche ,
Quelque part en Ardèch’, je vois le temps passer.

D’un’ manière ou d’une autre
Et d’un bout jusqu’à l’autre,
On finit le chemin,
On finit le chemin.

Moi je tire les cartes, j’apprivoise la chance,
Je prédis l’avenir meilleur que la passé,
Pour les scorpions, les vierg’, les verseaux, les balances.
Cours’y vit’ le bonheur est juste dans le pré.

D’un’…

Je rempaille des chais’ à l’ombre des platanes,
Mes abeilles butin’ un miel de tournesol.
Entre un coup de mistral et un coup d’tramontane.
Le fond de l’air est doux sous les pins parasols.

D’un’…

Je m’accompagne à l’orgu’ de barbarie, je chante,
Sainte, Sainte Cécil’ fait’ que j’aie du talent.
Quand je promèn’ Villon de brocantes en brocant’
Je fais, je fais la manch’ , pour les neiges d’antan.

D’un’



Gaston ligny

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Le monde