Vaguement toi... par Jacques Gourvennec


poème précédent - poème suivant


Comme une vague à peau blanchie.
à la limite des écumes.
comme une source mouillée des pluies
au bleu d'un ciel qui se consument.
qui abuse du temps.
qui abuse la mer
Quand le temps ne compt' plus…

D'où tu me viens tes soirs touchants
Aux confins sourds noyés de vide
et qui s'en va ses airs lassants
une ombre froide tracée de rides
Quand le ciel se voit plus….

Celle qui me vient des feux d'hiver
au gré du vent soufflée d'usure
au chemin creux battu de sang
de son pas lent sur la blessure
Quand personne... n'aime plus...

De vague en vague qui se repousse
en vagues vertes de mémoire …
Dans ses goémons liant traînants
de sable en sable au bleu du soir
En brasses lentes des courants
dans la mort lente, que tout sépare
Qu'alors des lèvres... se seront tues…

Sur un visage dans l'air changeant
Quand dame Blême se maquille
Dans ses cahiers jaunis de blancs
D'un rêve immense qui s'éparpille
Où les cœurs ne sont plus

Vaguement triste
Vaguement froid
Comme la mer au loin s'étire
Comme le roc vaguement toi
Sombre à la nuit qu'un ciel retire
Et qu'il ne reste que la mer


Jacques Gourvennec



Jacques Gourvennec

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Surréaliste