Je mentirai par Jacques Gourvennec


poème précédent - poème suivant




Lorsque tu t’en iras aux dernières secondes
Que le vent sur la sable recouvrira tes pas
Lorsque de ton silence s’effacera le monde
Alors je mentirai du souvenir de toi

J’inventerai les mains qu’une nuit se lamente
Des gestes défendus le cœur à pas de loup
La parole donnée dans une valse lente
Nos langues emmêlées…qui te parlaient de nous

Je te créerai une ombre aux soirs imaginaires
D’autres quartiers de la lune isolés d'un chagrin
Dans un lac une étoile étrange et passagère
Des routes et des ciels... Aux brumes d'un matin

Je mentirai ces heures où passent les palombes
Le geste lent d’une aile où m’emporte le temps
Mille autres saisons bleues sous des flocons de rêves
Te dirai d'autres mers… Tu ne me croiras pas.

jacques Gourvennec



Jacques Gourvennec

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - espoir