peur d'être lue par Véronique Letertre


poème précédent - poème suivant


Quelques mots, quelques notes, là
Sur une page, une nappe,
Un soir d'hiver, ou nuit d'été,
Comme une découverte,
Parce que tu n'étais pas là,
En réunion ou pour agapes,
Envie d'écrire, tout noter,
Un cahier, page offerte.

Je ne vaux pas d'être vue,
Je ne vaux pas d'être lue,
C'est un morceau de ma vie,
De mes rêves, folles envies.

Un prince charmant, moi, enfant,
Une princesse, Cendrillon
Tout mélangé, tout arrangé,
Oiseaux qui volent, fleurs offertes,
Un corps désiré, un enfant,
Une promesse de papillon,
Légère, la fleur d'oranger,
La porte d'un cœur ouverte.

Je ne vaux pas d'être nue.
Je ne veux être tenue,
C'est un morceau de folies,
De joies, de mélancolies.

Un voyage, des bagages,
La campagne, un lac, la mer,
Une photo, la montagne,
Venise, un livre aimé
Des larmes, des rires, sage,
Toi, père, moi, enfin mère,
Des vacances en Espagne,
Être désirée, mon aimé.

J'ai peur d'être enfin lue.
J'ai peur d'être enfin vue,
De donner ces mots, tous nus,
D'offrir ce moi, inconnu.

Guetter un sourire, un seul mot,
Tirés de cette lecture,
C'est moi qui offre, régale,
De mon intimité, pudeurs,
Dévoilées dans ces mots idiots
Devenus brusques tortures,
J'ai pas calmé ma fringale
Mais vous les donne de tout cœur.

Véronique Letertre le 20 septembre 2004

Véronique Letertre

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Autobiographie