Elles par Emmanuelle Patron


poème précédent - poème suivant


ELLES

Pluies, brouillard, humidité,
Cocktail détonnant dont elles se nourrissent.
Insomnie, asthénie, irritabilité,
Quand elles y conduisent, elles se réjouissent.

Drogues licites ou non,
Spleen volontaire ou non,
Elles nous conduisent à des extrémités
Que l’on aurait volontiers évitées.

Mais que faire quand elles vous torturent ?
Serrer les fesses, serrer les dents ?
Surtout se taire évidemment !!
Car ses cris contre nature
Ses conséquences impures,
Ne provoque que damnations et meurtrissures.

Et elles sont toujours là,
Du soir au matin, du matin au soir.
Pas de répit, pas de repos, pas de trêve illusoire,
Elles continuent ce chemin-là
Celui qui nous mène au désespoir.

Car elles rendent folles,
A se cogner la tête contre les murs
A se jeter par-dessus bard
Ce qui n’est aucunement la faiblesse du corps
Simplement le cerveau qui sature
Et elles en rigolent …

Ne pas se laisser faire, résister
Elles ne doivent plus jamais gagner
Déclarer la guerre à toutes se douleurs,
Et enfin ravaler sa rancœur …


Emmanuelle Patron

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Autobiographie