Les délires d'une fan: par Maryline HUGUENIN


poème précédent - poème suivant


J'étais devant la télé
Quand tu as débarqué.
Et je ne te connaissais même pas
Que tu m'envoutais déjà.
Dès la première note entammée
Mon coeur s'est littéralement enflammé.
J'étais devant ma télé
En train de t'admirer chanter
Toi,assis sur ton tabouret
Moi, sur mon canapé.
Et ta guitare à la main
Je connaissais déjà par coeur le refrain.
Ta voix chaude de gitane m'a envoutée
Et ta musique m'a transportée
Bien plus loin que les jardins d'Eden,
Où j'entendais si bien
Les cordes de ta guitare gratées,
Que j'avais cette agréable impression
Que tu me dédiais cette chanson
Rien que pour moi,en apparté,
Même si elle ne m'était pas destinée.
Après tout,est-ce interdit de rêver?
J'étais devenu comme toutes ses fans
Qui devant toi,se pavanent
Pour t'arracher ne serait-ce qu'un sourire
Une main tendue qui vous tire
Et vous emmène de l'autre côté de la réalité.
Alors,est-ce que j'en ai les larmes aux yeux
Que nos mains ne soient plus ensemblent
Moi aussi,je tremble encore,tels deux amoureux
Nous partons dans ta caravane,allez viens!
Mais te voilà déjà parti,et moi devant ma télé
J'ai dû revenir douloureusement à la réalité.
Alors,je suis allée gentillement me coucher
Pour enfin pouvoir te retrouver
Dans mes jardins rêvées
Les fameux jardins D'eden.


Maryline HUGUENIN

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - ce jour