J’AI VU « NUIT ET BROUILLARD » par Bernard Pichardie


poème précédent - poème suivant


J’AI VU « NUIT ET BROUILLARD »

Je n’avais que onze ans
J’ai vu « Nuit et Brouillard »
Sur ce putain d’écran
Ça m’a fait bien trop mal

J’ai noyé mon enfance
Pendant ce triste soir
Dans le train en partance
Pour la mort infernale

C’était pas du ciné
Sur mes rêves de gosse
Et ces vies calcinées
Craquelaient mon écorce

Je ne connaissais pas
Le grand Robert Desnos
Qui a sur un grabat
Perdu toutes ses forces

J’étais encor trop pur
Pour comprendre la peur
Pour détester la guerre
Et cracher mes frayeurs

J’attendais le futur
Sans passion ni remords
Au milieu des prières
Et de mon transistor

J’ai noyé mon enfance
Pendant ce triste soir
Dans le train en partance
Pour la mort infernale

Je n’avais que onze ans
J’ai vu « Nuit et Brouillard »
Sur ce putain d’écran
Ça m’a fait bien trop mal

Mon nounours en peluche
Me privait de Noël
Je tombais sur une bûche
Qui manquait d’étincelles

Je n’avais que onze ans
J’ai vu « Nuit et Brouillard »
Sur ce putain d’écran
Ça m’a fait bien trop mal

J’ai noyé mon enfance
Pendant ce triste soir
Dans le train en partance
Pour la mort infernale

Bernard PICHARDIE



Bernard Pichardie

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Autobiographie