GAMBIT par Alain VARLET


poème précédent - poème suivant



Je suis un homme de terrain,
Juste bon à marcher au pas;
J'ai toute une armée sur les reins
Qui me pousse à passer tout droit.

Pour avancer, vaille que vaille,
Je dois être sûr de mon coup;
En espérant, dans la bataille,
Pouvoir me placer jusqu'au bout.

Si j'ai le regard biseautant,
C'est pour mieux prendre position;
Je gagne ainsi, en combattant,
Mon seul espoir de promotion.

Je subis les assauts adverses
Sans avoir pu choisir mon camp;
Une partie de vie en pièces
Se résumant en noirs ou blancs.

Victime du tirage au sort
Et du jeu de la société,
Je me sens condamné à mort
Bien avant même de tomber;

Presque un zéro dans la colonne
Qui joue perdant sur l'échiquier,
Simple héros qu'on abandonne,
Le pion qui se sait sacrifié...




Alain VARLET

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Surréaliste