IL FAIT SI FROID par Irène SOROLLA


poème précédent - poème suivant


Il fait si froid, l'air est glacé
Chacun se réchauffe comme il peut
Caché dans cette étroite tranchée
La peur se lit dans tous les yeux

La lassitude de l'attente
Intensifie l'épuisement
La haine, pourtant si forte avant
A disparu depuis longtemps

Il est tout seul assis par terre
Il ferme les yeux et il pense
Il voudrait croire à cette guerre
Il voudrait lui trouver un sens

Il se rappelle sans chagrin
Son ami gisant près de lui
Lorsqu'il lui a touché la main
Et compris que c'était fini

Et il lui semble maintenant
Avoir perdu tout sentiment
Même la rage qui l'animait
Il semble avoir tout oublié

Il ne sait plus ce qu'il fait là
Il voudrait simplement rentrer
Il aimerait oublier tout ça
Il voudrait juste se réveiller

Puis il entend une explosion
Des gens s'agitent, des corps tombent
Tous essaient vainement de faire front
Au redoublement de ces bombes

Soudain, il se réveille en nage
De la sueur sur son visage
Les mains tremblantes agrippées
Aux couvertures du lit défait

Malgré toutes ces longues années
Pourra-t-il jamais oublier
Toutes ces souffrances qu'il a subies
Et qu'il revit toutes les nuits ?

Et dans ses cauchemars affreux
Il revoit parfois son ami
Mort d'une balle entre les yeux
C'est un héros pour son pays

Il se dit quelques fois : "Quelle chance,
Je voudrais bien être comme lui
ça donnerait peut-être un sens
A ce qu'il reste de ma vie"

Voilà l'histoire d'un soldat
Dont la vie lui a échappé
Quelque part, à des années de là
Au milieu de glaciales tranchées

Il fait si froid, l'air est glacé
Il fait si froid...

Irène SOROLLA

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème La mort