L’écume par Jérôme Cayla


poème précédent - poème suivant


Roulante et bouillonnante
Sous les feux de la colère
Toujours aussi envoûtante
Parfois maîtresse amère

La mer porte les écumes
De tant d’espoir anéantis
D’espérances de fortunes
Tant de rêves inassouvis

Frémissante à ses heures
Elle sait se faire câline
Faisant oublier ses rapines
Des marins comblant les cœurs

Constante dominatrice
Mettant à mal les volontés
Eternelle séductrice
Aux caprices redoutés

Tolérant quelques navires
Bateau que les vagues brisent
Eternelle, belle à ravir
Sur qui le temps n’a de prise

Manteau d’émeraude parée
Débordant les bastingages
Parfois à l’horizon mêlé
Quand elle revêt son habit sombre


Jérôme Cayla

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Le monde