Rêve, je rêve par Epervier


poème précédent - poème suivant


Rêve, je rêve.-

Je rêve, je rêve à la beauté suprême,
Au plaisir d’une douceur extrême.
Je tremble d’émoi, puis-je en être ainsi?
Mon cœur troublé, un corps transi.

Je rêve car j’ai besoin de m’éblouir,
Ressentir la mélopée, chérir.
M’abreuver d’espoir, ressentir l’aisance,
Flotter harmonieusement, bienfaisance.

Je rêve, chasser la dure réalité.
Besoin d’un sourire, espoir non alité.
Comprendre la vie, la percevoir,
Le côté grandiose, voir.

Je rêve… et j’en pleure.
Ma plume frétille, c’est l’heure!
Je continue ou je m’abstiens?
Je fonce, je m’appartiens.

Je rêve en ce matin impersonnel,
Un regard éperdu, solennel.
Lumière mystérieuse, douleur.
Sans cesse le pourquoi, batifoleur.

Je rêve, je chasse l’ignominie.
L’Épervier s’apaise, douce litanie.
Au crépuscule de ma vie, sérénité.
Perce le temps, enfin l’éternité.

André, épervier
http://epervierlepoete.iquebec.com

Epervier

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Surréaliste