Le birbe par Epervier


poème précédent - poème suivant




Le birbe

Malheureux vieillard d’une vie calcinée par les querelles.
Bêtise humaine dont tu en étais le maître incontesté.
Dans ton hypocrisie camouflée par des paroles rebelles
Dans un déguisement de finesse et bien orchestré.

Louange à ton nom dans un sourire mesquin et méchant.
Tes paroles glissaient dans l’absolu vérité mensongère.
Aveuglément, tes ordres voilés s’exécutaient sciemment.
Le pilier de la famille dans une tête désordonnée d’un Lucifer.

L’insupportable de ne pas respecter le commandement établi.
Regard de mépris face à une action contraire à ton jugement.
Combat d’un sénile voulant ordonner d’une voix en défi
Ses sujets éblouis par sa douteuse connaissance d’antan.

Le vouvoiement respecté dans un silence mordant.
Homme disgracieux, phallocrate notoire!
Le «Maître » s’assoit et reçoit les bontés de ses enfants.
Un spectacle navrant résultant dans de terribles déboires.

Combien de vies dévastées par ton comportement décisionnel!
Constatation pénible d’un homme méprisable et astucieux.
Il aurait été si facile dans une étroite harmonie de décibel!
Il y a de ces humains qui traînent le désordre des malheureux

Délivrance de la vie dans un corps fatigué de supériorité.
Vent doux d’un soir, cendres jetés dans un lac endormi.
Souhait espéré qu’un autre vie te soit plus louangée
Par la bonté des choses dans un repos enseveli…

André Labrosse (Epervier) Lac St-Paul, Québec


Epervier

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Tragique