Maman lointaine par Epervier


poème précédent - poème suivant



Maman lointaine


Les jours s’écoulent péniblement, tragiquement.
Dans mon esprit vit une tendre Maman.
La prendre dans mes bras doucement.
Sentir ses odeurs amoureusement.


Le lointain nous sépare dans l’ignorance;
Un sentiment de néant, de malchance.
De la peine continue, pauvre adolescence.
Vouloir lui parler, sa présence.


Aujourd’hui, de la nostalgie pénible.
Un regard embué, des pleurs audibles.
Tracé hagard dans un parchemin indélébile.
Vivre la réalité, être moins sénile.


Un jour, croire la présence de son visage.
Baiser sa joue en un doux paysage.
Du bonheur dans mon cœur peu sage.
L’espérer avec amour, sans ambages.


Epervier

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - ce jour