CAFE AMOUR par BENAISSA Abdelkader


poème précédent - poème suivant


Café amour

Nous étions enfin ma journée et moi
Assis autour d’une tasse de café
Elle me parlait joliment de toi
Et moi je remuais mes pensées

Elle disait que tu étais blanche
Quand de ma main je prenais un sucre
Que tu étais tellement franche
Quand franchement, plongeais le sucre

Que tu étais hautaine et fière
Quand utilisant tout mon doigté
Je remuais pensif mon petit coeur
Dans le corps noir et doux du café

Je l’écoutais simplement du regard
Absent par une belle onde charmé
L’ouie accrochée au génie du marc
Obsédé silencieux et sans bouger

Le sucre était devenu tout noir
Et le café s’était bien sucré
Il écoutait aussi l’histoire
Que racontait ma pauvre journée

Le garçon était arrivé trop tard
M’apporter une petite cuiller
Mon esprit goûtait déjà de cafard
En une morne et triste prière

Le doigt à fleur de peau sur l’anse
En une jolie caresse de chat
Le cœur entre soudain en transe
Par le beau et fin souvenir qui bat

La tasse en surface balance
Le désir en bout de main tremble
L’envie folle de boire s’annonce
Au bout d’une bouche trop comble

La main preste se ferme sur l’anse
Décidée à étreindre la tasse
Comme sur un léger pas de danse
Dans un bel entrechat de classe

Ma journée toujours en face
Fantasmait encore sûre de toi
Croyant dur que le temps qui passe
Mourait bel et bien à défaut de toi

Je restais là faisant du sur-place
Tout au plus une image sans voix
Figé dans un esprit tout de glace
Les idées mortes et bien en croix

Enfin par le bout de mes lèvres
Embrassant timidement la tasse
Soudain sens une petite fièvre
Et de toi chérie aucune trace

Ma journée éreintée et très lasse
Vieille arc-boutée sur la cuiller
Caressait, piteuse, ma tignasse
En disant qu’on était déjà hier

Et lorsque saisi par l’audace
Me levais pour quitter la table
Je te trouvais toujours en face
Plus réelle et plus véritable


BENAISSA Abdelkader

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - ce jour