LA SERENADE par BENAISSA Abdelkader


poème précédent - poème suivant



La sérénade

Ce soir nous sommes une pléiade
Guerriers nobles et amoureux
L’âme en tête de cavalcade
Doux , sublimes et bienheureux

Le cœur joyeux battant la chamade
L’esprit rajeuni, le corps vigoureux
La raison une belle cascade
Le pas sûr et l’œil vitreux

La nuit, une pure bravade
Décidés et surtout valeureux
Le courage une jolie bourrade
Espérant, excités et fiévreux

L’espoir en bout d’une balade
Rêveurs, poètes et désireux
Et le rêve chantant sa ballade
Tempo vif et air chaleureux

Le temps distribuant ses boutades
Instants amers et moments scabreux
Peur potentielle d’une brimade
Des mots crus et douloureux

Quiproquo esprit de caleçonnade
Style cocasse et filandreux
A la limite de ta bourgade
Aux murs épais et ombreux

Raison, cœur et âme camarades
Altruistes, nobles et généreux
Tous apprêtés à la carbonade
Dociles, naïfs et doucereux

Unis par certaine capucinade
Obéissants et chevaliers preux
Tous candidats à une couvade
Paternels et loin d’être foireux

Ce soir mon âme part en croisade
Recevoir son baptême de feu
Le cœur en un chef d’escouade
Maître de lui et franc- alleu

Suis venu avec cette pléiade
Te raconter mon propre aveu
Recevoir de cœur une ferrade
L’amour pour seul enjeu

Heureux sujet à ta foucade
Cheval tout blanc et bleu
Dans une impeccable pesade
T’avouer enfin mon feu

Oh Toi ! Douce et belle naïade
De grâce exauce mon voeu
Ecoutes mon cœur et sa saccade
Sous le joug de ton épieu

Ecoutes le ! et sa roucoulade
Artiste très doux et velouteux
Ce soir au top de son hit-parade
Te chanter un air de nous deux

Regarde ! Oh jolie oréade
Que fait l’amour d’un gueux
Mon âme vêtue de sa journade
Te sert un repas copieux

Métamorphosée en hamadryade
Au seul plaisir de tes yeux
Sous le charme de tes dryades
Et le noir ébène de tes cheveux

Sommes venus en embuscade
Soldats de l’amour en feu
Anéantissant les barricades
A travers terres et cieux

Par-dessus toutes les balustrades
Tous les monts et tous les creux
Ignorant brimades et algarades
Et tous les propos sulfureux

Toute cette folie bravade
Pour un fruit frais et juteux
Loin de la vile couillonnade
Et de tous les cul-terreux

Ce soir mon esprit plutôt gambade
Musicien espiègle niais et joyeux
Exécute souple sa rondade
Dans l’air le plus merveilleux

Au violon joue sa sérénade
Virtuose fin et homme radieux
Advienne après ton estrapade
Dans un très bel adieu


BENAISSA Abdelkader

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - espoir