Le langage des fourmis par Monia


poème précédent - poème suivant


Surgies du monde des rêves, sublimes en leur désarmante fragilité,

Les fourmis avançaient en cadence soutenue, véritable petite armée.

En rangs bien alignés, pacoles* de nacre au bout de leurs antennes,

Elles se figèrent au garde-à-vous à l'ombre pâle de la clairière.



Quarante coups de canon tonnèrent en la blancheur poudrée du matin,

Un carosse doré apparut qui s'engagea sur les rives boisées du chemin...

La forêt ruissela d'une onde de satin, le somptueux attelage s'arrêta à tes pieds...

Une jeune Reine en sortit, aidée en ses pas menus par deux austères valets.




Fine, délicate, minuscule, engoncée en sa belle robe de pétales ourlés,

La charmante apparition glissa jusqu'à toi, inclinant sa jolie tête couronnée.

Un parfum capiteux d'encens et de géranium vint chatouiller tes narines,

Surpris, Borâq éternua... La brise lui décocha une oeillade taquine.




"Elu de Dieu" crissa la Reine d'une voix précieuse et suraiguë,

"Je mets mes sujets à ta disposition car le moment d'agir est venu !

A toi de démontrer aux hommes de la Terre la toute puissance de Dieu...

Mes amis oiseaux sont là aussi qui, de leurs ailes multicolores, t'aideront au mieux !




- Gentille Majesté" souris-tu amusé : "Noble Reine des noires fourmis !

Ta présence en ce lieu m'honore grandement... Permets que je t'en remercie !

Comme autrefois Sulaymân le Sage, Dieu me combla de dons précieux...

Je les mets donc à Son service... Qu'il en soit fait selon Ses voeux !




- Jadis, il y a bien longtemps" roucoula mélodieusement le Roi des oiseaux,

"Sulaymân fit transporter le trône de Saba jusqu'à Jérusalem, sur ordre du Très-Haut.

Ainsi la reine de ce pays fut-elle convaincue qu'il existait une puissance supérieure à la sienne...

Mon quel stratagème employer aujourd'hui alors que la ligne d'horizon nous fait obstacle de sa haine !




- Amis oiseaux, fidèles fourmis" répondis-tu : "Vous qui formez si curieuse et touchante alliance...

Sachez qu'il est un symbole de foi auquel même la ligne d'horizon se doit de faire allégeance !

Il en va ainsi de la Flamme Divine que nulle matière de l'univers ne saurait venir contrer,

Capturez-la gentilles créatures... et le pouvoir de Dieu rayonnera sur Terre à tout jamais !"




Fébriles, les petits animaux s'activèrent jusqu'à l'ombre raffinée du soir,

Le soleil s'estompa doucement... La lune bâilla son désespoir...

Le crépuscule étendit ses doigts bagués et, majestueux, s'en vint se désaltérer à la fontaine...

Une bougie d'argent s'éleva de l'onde que la Reine des fourmis cueillit d'une main aérienne !




"Le symbole de Dieu est en ma royale possession" minauda la coquette souveraine,

Point de trace de Flamme cependant... Comment pourrait-elle survivre d'ailleurs, au fond d'une fontaine ?

Nul doute que l'eau mousseuse l'éteindrait de ses remous ronronnants et tumultueux...

Voyons... Où chercher à présent si ce n'est auprès de l'Elu lui-même... oui, de l'Elu de Dieu ?





Relevant sa traîne de soie, la noble demoiselle escalada la falaise de ton bras,

Pompeuse, elle trottina jusqu'à la frange fournie de tes cils... La bougie s'éclaira...

La brise enfla ses joues et de sa bouche arrondie souffla l'objet sacré vers la Terre...

La ligne d'horizon inclina le front avec révérence... La Flamme Divine franchit l'atmosphère.







* La célèbre coiffe des Moudjahiddin, importée du Nouristan, devenue le symbole de la résistance afghane.



Monia

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Surréaliste