Le message de l'ange par Monia


poème précédent - poème suivant


La mystérieuse apparition suspendit son souffle sur le tapis moucheté du vent,

Son front s'orna d'un diadème céleste que la lune sertit sur l'écho éternel du temps.

Figé en une douce stupeur, tu contemplas le splendide joyau qui scintillait de mille feux,

L'ange entrouvrit sa bouche dorée... Borâq se cabra d'un élan prodigieux.




"Homme de Dieu" fredonna l'Envoyé du Ciel alors que s'écartait le bleu fugace des nuées,

"La tristesse n'a pas sa place en cette Nuit du Destin où règnent ferveur et gaieté.

Au nom du Tout-Puissant, oublie ta nostalgie car j'ai révélation d'importance à te faire...

J'ai nom Gibril* et autrefois du Prophète Mohammad, fus le messager sur Terre.





En cette nuit sacrée, je t'affirme bien haut, submergé par le flot vif de l'émotion,

Que nulle lueur ne rayonne plus en ce lieu que l'aura sublime de tes grands yeux profonds !

Car tu possèdes en ton regard ambré les reflets somptueux de la Divine Lumière...

Dieu ne se méprit pas jadis lorsque, furtivement, il s'en vint effleurer tes paupières !




Non ! Garde les lèvres closes... N'aie pas peur... Ne cherche pas refuge auprès de tes amis !

Eux ne m'entendent pas encore... Toi seul perçois mes paroles sur le velours constellé de la nuit !

Ouvre bien grand ton coeur et viens le réchauffer au limpide miroir de la pierre sacrée...

Distingues-tu la flamme rousse qui pétille en ses facettes ? C'est ton iris qui fait reflet.




De ce don précieux que t'accorda le Miséricordieux, songe à faire bel usage !

Observe bien la Terre... La voici qui t'espère en ses clairs et incomparables nuages !

Un seul éclat de tes prunelles suffirait pour atteindre la cime de ses monts givrés...

Viens t'égarer en ses fluides contours, ami... Tu y découvriras de merveilleux secrets !




Approche-toi de mon aile protectrice... Fixe intensément la ligne d'horizon ! Ne te laisse pas impressionner !

Rien ne résiste à l'ardeur de la braise rougeoyante, pas le tranchant d'un vilain fil d'acier !

Le vois-tu ? Au cuivre rose de ton oeillade, l'ennemi disparaît pour se confondre dans la nuit...

Et les petits enfants qui guettaient ton signe reçoivent l'or de tes yeux en leurs coeurs éblouis !





Désormais, le bonheur est là qui t'attend surles rives sereines de la béatitude,

Plus de doutes angoissants pour toi... Plus jamais les affres noires de la solitude...

Au voeu de ton regard, Terre et Cieux t'accueilleront entre eux en parfaite harmonie...

Mais Borâq s'impatiente en son refuge... L'Esprit du vent me le chante en sa mélodie !




Hâte-toi d'aller le rejoindre sur le pic prestigieux et fin de la plus haute nuée !

Toi seul peux parcourir ses replis neigeux... Ainsi le Très-Haut en a-t-il décidé !

Moi je m'en repars avec l'Esprit semer les graines de l'espoir aux abords chevelus de la Terre...

La Nuit du destin est là, gentil ami... qui me hèle du voile aérien de ses lèvres."






*Gibril, nom arabe de l'archange Gabriel.














Monia

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Surréaliste