Les Yeux Verts par Eowenn


poème précédent - poème suivant


Sage comme un ancêtre et fol adolescent,
Dangereux et subtil comme un parfum de femme,
Plus doux que le velours et plus froid qu’une lame,
Toujours plus scintillant que le plus pur diamant ;

Un rayon de la mort aux reflets inquiétants
Dont l’éclat smaragdin transperce jusqu’à l’âme,
Tumultueux torrent courant sur lit de flamme,
Eveillant en mon cœur d’étranges sentiments ;

Un éther azuré où le ballet stellaire
Etend son arabesque en diffuse lumière,
Un écrin où s’endort une perle d’opale ;

Intense et immortel comme un amour d’un soir,
Illuminé parfois d’un printemps boréal,
Rien n’est plus envoûtant qu’un seul de tes regards…



Eowenn

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème AMOUR - ce jour