Hommes de mon espèce par Bouzeboudja Noufel


poème précédent - poème suivant


Hommes de mon Espèce

Nos cieux,
Hommes de mon espèce,
Sont peines.
Quels cieux !
Secs et stériles.
Où est passée la pluie ?
Et le beau temps ?
Vous dites :
‘Dites ce que nous disons,
Aux paroles nous sommes maîtres.
Alors nous dîmes ce que vous dites,
Et nous devîmes ainsi,
Rhétoriciens et prêcheurs.
La parole nous est sacrée,
Mais l’acte nous nie.
L’acte nie nos paroles,
La réalisation nie nos promesses.
Sous nos cieux,
Hommes de mon espèce,
Des dires et des dires.
Sous nos toits,
Des dires et des dires.
Dans nos rencontres
Des dires et des dires.
Mais nos paroles trahissent nos actes,
Et nos actes trahissent nos paroles.



Bouzeboudja Noufel

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Le monde