Complainte d’un suicidaire par Mathieu Labelle


poème précédent - poème suivant


Tel un soleil écorché,
Une lune éventrée,
Je saigne de tout mon corps
Mon désir de la mort.

Une fois de plus mon ami,
J'ai perdu goût à la vie
Et à toutes ses douceurs
Qui pour moi ne sont que douleurs

J'ai la corde au cou
Je sens s'affaiblir mon pouls
De mon âme engourdie,
S'écoule la dernière goutte de vie

Comme un miroir brisé
Je ne reflète qu'une image massacrée
D'une âme délabrée
Qui ne cherche qu'à rêver

Ce soir se termine mon histoire
Une épopée à la conquête de la mort
Toute ma vie défiler j'ai pu voir
Malheureusement il est trop tard...
... Pour réaliser que j'ai tord


Mathieu Labelle

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème La mort