Aurore par jimco


poème précédent - poème suivant


J'aime à me retrouver à l'heure de la trêve
Juste avant le matin lorsque le jour se lève,
A cet instant magique où l'aurore nouvelle
Des premières lueurs allume l'étincelle.

Le clair déjoue l'obscur, dissipant la terreur
Et les sombres tourments du malheureux veilleur;
Il se détend enfin, car les douces lumieres
Eloignent ses démons, vampires et chimères.

Tous ses affreux fantômes aux effrayants suaires
Redeviennent rideaux au gré des courants d'air,
Tous ses monstres grinçants, ses dragons infernaux
Redeviennent bahuts, armoires et fourneaux.

Son esprit apaisé ne craint plus la menace,
L'aube pure a remis chaque chose à sa place.
Il peut s'abandonner au plus profond sommeil
Pour rêver à des nuits et des nuits au soleil.

jimco

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Surréaliste