La nuit par Roland Balmain


poème précédent - poème suivant


Des camions passaient
Doucement comme des bateaux
Dans la nuit hurlant
De leurs gueules maussades.

La tempête s'arrêtait,
Les somnambules étaient tristes
De voir la lune seule
Se plaindre d'un regard.

L'ennui de la soirée
Etait à son comble,
L'autoroute chaude
Et s'endormait la forêt.

Un air bruissait encore
Dans la nuit froide
Et les étoiles se taisaient...

C'était la pluie qui chantait
Et sa voix d'ange
Endormait le monde.

Roland Balmain

- commentaires :


Commentaires ouverts

Le site : Accueil - CONTACT
Thème Surréaliste